Myanmar

Découverte de l'authentique Myanmar
Du 23 juillet au 13 août 2019
22 jours
1

J'arrive au Myanmar via la ville de Yangon, plus grande ville du pays et capitale jusqu'en 2006.

Au delà d’arpenter les rues de la ville, ma seule visite sera celle de la pagode Shwedagon. Il s'agit de l’emblème de la ville et aussi du pays avec sa stupa de 98 mètres de haut. Je ferai cette visite sous une pluie diluvienne. Une pluie que j'aurai du mal à semer lors de mon voyage au Myanmar.

2

Bagan est au Myanmar ce que les temples d'Angkor sont au Cambodge. Il s'agit d'un site archéologique qui s'étend sur près de 50 km² où sont dressés des milliers de pagodes, temples et stupas. Si autrefois on pouvait compter plus de 10 000 de ces constructions, aujourd'hui il n'en reste "que" 2200 environs répartis sur l'ensemble du site.

La visite en solo se fait ici à vélo ou en e-bike. Compte tenu de la chaleur, je décide évidement de louer ces petits scooters électriques à l'autonomie assez impressionnante.

3

A la suite du séjour à Bagan, j’avais initialement prévu de rejoindre le lac Inle. Mais un français rencontré à mon auberge m’a convaincu de me joindre à lui pour aller explorer l’état Chin. Un petit détour de 5 jours donc, mais qui se révèlera riche en émotions.

L’état Chin se trouve dans une région très montagneuse du nord-ouest du pays. Cette région n’est pas des plus facile d’accès et se trouve proche des zones tenues par les rebelles. D’ailleurs elle n’est pas recommandée par le ministère des affaires étrangères mais selon les locaux, elle est complètement sûre pour les touristes qui souhaitent la visiter. De plus, il faut savoir que les déplacements au Myanmar ne sont pas libres et le gouvernement ne permet pas aux étrangers de se rendre dans les zones dangereuses.

Nous nous rendons à Kanpetlet, ville perchée dans les montagnes à 6 heures de van de Bagan. En arrivant, nous comprenons vite que nous sommes les seuls touristes et que nous serons l’animation durant notre séjour. Effectivement personne ne vient ici à cette période de l’année car la météo n’est pas bonne et les excursions ne sont pas disponibles. Mais il en faudra plus pour nous arrêter.

Si l’on souhaitait initialement faire un trek de quelques jours, le prix de l’excursion nous a refroidit et nous avons dû nous replier sur une autre solution. Nous décidons de louer des motos sur 2 jours pour réaliser une boucle dans la région. Mais voilà, compte tenu de la route de montagne que l’on souhaite prendre, personne ne veut nous louer des motos sans chauffeur. Selon eux il est trop dangereux de s’aventurer seul sur ces routes et encore plus dans ces conditions météo. A deux doigts de l’abandon, une rencontre impromptue : le manager d’un resort va changer la donne. Il nous trouvera deux motos qu’il négociera à bon prix pour nous. Le lendemain nous prenons la route.

Durant 2 jours nous arpentons les montagnes de l’état Chin sur des routes caillouteuses et boueuses. Nous comprenons un peu mieux les mises en garde des locaux. Bien évidemment, en période de moussons, nous roulerons sous des pluies torrentielles. Heureusement, on peut compter sur la gentillesse des birmans pour nous accueillir chez eux pour partager un thé et un peu de chaleur au coin du feu.

Durant cette excursion, nous ferons une petite randonnée (sous la pluie bien sûr) jusqu’au mont Victoria. Inutile de préciser qu’à cette période, la vue n’est pas vraiment dégagée au sommet.

4

Suite à la petite virée dans l'état Chin, je repasse par Bagan pour 2 nuits supplémentaires. Ce n'est pas de trop pour visiter ce site, contempler de nouveaux couchers de soleil, découvrir encore plus de temples ...

Pour la suite de mon séjour, j'envisage de rejoindre le lac Inle. Sur la route se trouve la ville de Kalaw, perchée dans les montagnes et lieu de départ de nombreux treks en direction du lac. Plusieurs personnes m'ont fait des éloges du trek de 3 jours et je considère donc vraiment cette option pour le lendemain de mon arrivée.

Mais il se trouve qu'une fois de plus la météo n'est pas de mon côté. Ayant subi la mousson plusieurs jours de suite dans l'état Chin, je décide de ne pas réitérer et donc d'abandonner l'idée de faire ce trek. J'en profite pour me balader en ville.

Pour me rendre à ma prochaine étape, le lac Inle, j'ai pas mal de temps devant moi, j'opte pour le train. Enfin quand je parle de train, je devrai dire "slow train" puisque le trajet dure plus de 3 heures pour parcourir 50 kms.

5

Quelques heures de train, j'arrive à Nyaungshwe, aux portes du lac Inle.

L'activité principale de cette région est bien évidemment le tour en bateau à la journée sur le lac. Cette excursion propose de voir les villages et jardins flottants, la fabrique de cigares, une forge ainsi que les techniques de pêche sur le lac et les "femmes girafes". Seulement en se renseignant un peu, on apprend qu'il s'agit vraiment d'une usine à touristes et que tout est fait pour pousser à la consommation. Par exemple, les pêcheurs n'ont jamais attrapé de poissons et sont de simples figurants rémunérés à la photo. Bref, ne souhaitant pas prendre part à ce Disneyland local, je décide de ne pas réaliser ce tour.

Je préfère opter pour la moto et me balader le long de la rive droite du lac. On notera qu'en basse saison, l'interdiction de louer des motos aux étrangers ne semble pas vraiment être prise en compte.

6

Naypyidaw, dernière étape de mon voyage au Myanmar. Si cette ville n'a pas réellement d'attraits touristiques, il s'agit tout de même de la capitale du pays.

Cette ville est très étonnante de part son histoire et sa conception. Et pour cause cette capitale a moins de dix ans et a succédé à Yangoon en 2010. Elle a été construite très loin de tout ; les premières villes de taille "correcte" étant à plusieurs heures de route. Le gouvernement dira qu'il était devenu impossible de moderniser et d'agrandir Yangoon. La ville étant déjà congestionnée, ce qui est vrai d'ailleurs. Les versions non officielles diront que Naypyidaw est positionnée à l'écart des grandes villes, protégée des protestations du peuples. Quoiqu'il en soit cette nouvelle capitale possède des infrastructures innatendues pour le pays : des complexes hôteliers majestueux, un palais complètement démesuré, des routes à 20 voies,...